Humeurs

Léa, 24 ans, mère au foyer

02:51:00




Hier, ma fille a eu 2 ans et demi. Une date qui ne se fête pas mais qui a une valeur bien particulière. Je ne parle pas du nouveau coup de vieux que je viens de prendre ou de l'entrée à l'école qui se fait de plus en plus sentir. Non. Le 24 avril 2017, tu as donc deux ans et demi et moi, cela fait six mois que je suis mère au foyer. Quand je l'écris, cela me fait tout drôle. Je n'ai pas l'impression que le temps soit passé si vite depuis mon départ d'Amiens. Il y a quelques temps j'avais déjà fait une rétrospective lors de mon anniversaire mais là c'est différent. J'ai envie de vous parler de mon quotidien qui est aussi celui de beaucoup de femmes.

Au début...

Je me souviens de cette pression, cette pression quotidienne, un peu comme un cercle éternelle du métro-boulot-dodo sauf que moi c'était maison-nounou-lafac-travail-maison. Mais je l'aimais bien ma petite vie.
Puis le changement, il a fallu déménager sortir de cette vie trop bien remplie. Il a fallu le temps de s'adapter. Je ne sais pas si vous avez déjà eu cette sensation comme si vous faisiez une "traction" permanente, peinant à tenir mais tellement fière de votre détermination. Sauf que d'un coup vous lâchez prise, avec une drôle de sensation.

La crise identitaire

C'est bien beau d'être à la maison de non-stop. Mais au final à quoi je sers ? Pourquoi j'existe ? Est-ce que je contribue à quelque chose ?
Je crois que mon problème, c'est le fait d'être un peu féministe sur les bords. Mes parents mont appris que dépendre d'un homme, ce n'est pas une très bonne alternative. Aujourd'hui​ c'est exactement ce qui se passe. Je sais qu'au début de notre relation c'était la situation inverse mais je ne me vois pas vivre à ces crochets éternellement. Je dépend de lui pour mes grands déplacements, pour l'argent. Je n'arrive pas à m'y faire même si je sais que lui, il n'a pas de soucis avec ça. Je ne savais pas où trouver ma place.
Avant j'avais un but. Je savais ce que je voulais devenir. Maintenant les contours sont un peu plus flou. J'ai voulu un temps, un court instant, me prouver que j'étais la mère parfaite : être la pro du ménage et du repassage, la déesse de la cuisine, tenir mon blog d'une main de fer, dormir 4h et ne pas être fatigué. Mais cela ne me correspond pas. Je ne suis pas cette femme d'intérieur parfaite qui se lève à 7h dont le ménage est fait à 9h, dont les plats délicieux sortent du four, dont le panier à linge est éternellement vide et la maison toujours impeccable. Je ne suis pas non plus une machine à écrire qui pond un article par jour et qui en plus est pertinente. J'admire ces femmes qui en sont capables mais vraiment, ce n'est pas pour moi.

Le regard des autres. 

Dans la vie j'ai tendance à m'en foutre. Je suis moi un point c'est tout. Même si je me remet beaucoup en question, je ne veux pas changer pour les autres. Parfois nos vieux démons nous rattrapent. Je l'entends bien ce bon vieux stéréotype de la femme au foyer, vautrée devant la télé et qui ne fiche rien de ses journées. Ça m'arrive de temps en temps, quand les journées sont plus dures que la journée est trop longue et que pendant que ma fille fait sa sieste, la solitude est trop présente. J'oublie devant un truc à la con alors que j'ai d'autres choses à faire. Ou quand je vois ce regard, celui ou j'annonce que je suis mère au foyer devant des gens que je ne connais pas. Ce regard froid qui te fait comprendre que contrairement à eux je ne suis pas dans le monde du travail. Ou encore l'éternel : "Toi tu as le temps, moi je travaille" qui te replonge illico dans une sorte de malaise bien sympa, limite inférieure. Oui je suis plus libre que vous. Oui j'organise ma journée comme je veux, respectant les contraintes liés à ma fille. Mais échangez votre place avec moi, voyez comment psychologiquement, il y a des jours je suis à bout ou quand madame me fait une crise au supermarché, je dois rester politiquement correcte pour ne pas essuyer des "Mais c'est quoi cet enfant mal élevé ?" Ou des regards plein de jugements. Prends ma place, je te la laisse. 

Une maman imparfaite mais elle même

J'ai décidé d'arrêter d'être celle que je ne suis pas. Je suis bordélique, gueularde, boudeuse, chiante. J'aime  passer des journées en pyjama à ne faire que ce que j'aime. Il y a une chose qui est resté constant dans ma vie ma fille et l'amour que je porte à celui qui partage ma vie.

Se sentir enfin "soi".

Cet enfant, je l'ai désiré. Même si je reste une jeune maman, je ne me suis jamais autant sentir à ma place. D'abord j'ai vu notre relation mère-fille évoluer de manière très positive. Elle qui ne voulait que son père et qui parfois me rejetait... À la place, j'ai une autre petite fille avec qui j'entretiens une vraie complicité. Je partage des moments uniques, je te vois grandir et je ne rate rien. Je sais que notre précédente relation c'était en grande partie de ma faute. Il y avait les études, je travaillais pour que qu'elle ne manques de rien mais aujourd'hui nous rattrapons le temps perdu. On va au parc, on s'amuse, on joue, on partage, on communique. Ce n'est pas toujours facile. Il a fallu apprendre à être conciliante. Je suis devenue une experte de la négociation, te promettant la carotte pour que tu avances. J'essaye toujours de comprendre pourquoi tu te mets en colère même si moi même des fois j'ai du mal à me contenir. Je crois que jai trouvé pourquoi j'existe.



Dans les heures les plus difficiles, ton sourire me donne envie de continuer à me battre. J'ai entamé une nouvelle traction, j'ai parfois faibli mais je tiens. C'est grâce à ceux que j'aime - ma famille, mes amies, des connaissances - que je peux enfin me rendre compte de la chance que j'ai. Deux mots me rappellent à l'ordre, quand tu me regardes et que tu lâches, me perçant de tes yeux bleu-verts : "Je t'aine".

You Might Also Like

10 commentaires

  1. Ton article est tellement émouvant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle, je sais qu'il t'a beaucoup touché et c'est un plaisir de partager ça avec toi :*

      Supprimer
  2. Coucou Léa, très joli article. Même si on ne vit par vraiment la même chose, je trouve ton message très positif. bises Céline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Céline ! Merci d'être passer sur le blog et d'avoir laisse ton avis. Oui c'est l'impression que je voulais donner : la positivité. Parfois ça fait du bien de voir le verre à moitié plein ! Belle journée

      Supprimer
  3. Coucou Léa,
    Vraiment très bel article ! Tu as raison de rester toi-même. ce qui compte au final, ce n'est pas que ta maison soit bien rangée H24, ce qui compte c'est que t'y sentes bien et que tu soit en phase avec toi même. Alors forcément, y'aura des moments plus difficiles que d'autres mais bon, ça c'est la vie, on y peut rien et on passe tous par là...
    Même Bree Van de Kamp n'a pas une vie parfaite, pourtant sa maison est toujours parfaite ^^
    Bisous ma belle :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello la belle Capri ! C'est exactement ca, dans la vie on ne fait pas toujours ce qu'on veut mais le principal c'est de s'épanouir ou en tout cas de tout faire pour. Et puis, merde c'est vrai même bree n'est pas toujours au top du top 😏

      Supprimer
  4. coucou, très bel article plein d'émotion et de tendresse, tu as raison reste toi même et peu importe le regard des autres, tu auras toujours des gens qui te critiqueront que tu fasses bien ou non alors vis ta vie comme tu l'entends et ça c'est le plus important !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Andrée ! Comme je suis d'accord avec vous ! Le regard des autres il sera toujours là quoi que l'on fasse alors finalement vivons pour nous pas pour les autres.

      Supprimer
  5. J'ai été maman au foyer et je me suis bien reconnue dans "la pro du ménage" du début. Pas facile d'être à la maison quand on a toujours travaillé. Maintenant je travaille à mi-temps et ça me va, j'ai trouvé mon équilibre.
    En tous cas, j'ai beaucoup aimé ton article !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Très bel article ! Il n'y a pas de honte à être mère au foyer alors qu'il y a des enfants qui sont livrés à eux-même. Ta fille a une stabilité et une vie tranquille, des repères et c'est très important pour sa vie future.
    Nous n'avons qu'une vie ❤️

    RépondreSupprimer

Articles les plus consultés