Coté maman

Après 16h34, y'auras plus d'article. A l'année prochaine !

07:34:00


Petit article sur un coup de tête. Il est 12h45, j'étais devant le journal télévisée d'M6. Entre deux cuillères, je jetais un coup d’œil aux titres, à ce qui était dit. Un reportage attira mon attention. Le sujet : "A 16h34, les femmes travailleront gratuitement". Bon ce n'est pas l'intitulé exact, mais c'est en tout cas le thème de fond. Pour ma reprise, - ceux qui me suivent, savent que cela fait un bout de temps que je n'ai pas publié - je me suis dis que ça serait intéressant de se plonger un peu plus sur ce mouvement du #7novembre16h34.

Initiative du mouvement : Les Glorieuses.

Perso, ce nom ne me dit rien. Alors je suis allée faire ma fouine sur leur page Facebook, dans la catégorie "A propos". Le mouvement indique qu'il s'attache à la cause féministe, notamment de la "condition des femmes à travers le monde", abordant différentes thématiques. Il publie énormément d'articles sur la place de la femme au sein de la société à travers différents rôles (travail, maman, icônes féminines).
Si vous voulez vous abonner à leur newsletter : c'est ici. En tout cas, moi c'est déjà fait !

Maintenant que les présentations sont faites, parlons un peu plus du mouvement en lui-même.
Les Glorieuses se basent sur des statistiques de 2010, avançant un chiffre impressionnant : 15,1%.



C'est la différence de salaire entre un Homme et une Femme. Elles ont donc fait le calcul : 38,2 jours ouvrés, c'est le nombre de jour que nous perdons à travailler gratuitement, à contrario de nos collègues masculins. Soit dit en passant, plus de 13 millions de femmes actives subissent ses inégalités, représentant 48%.
Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille de vous rendre sur leur site officiel : c'est par là

Le mouvement des Glorieuses décide alors de calquer le mouvement islandais du 24 octobre dernier. Pour ceux qui l'ignorent, ces courageuses femmes sont sortis dans les rues, pour revendiquer leur droit, cessant ainsi tout travail. Le mouvement des Glorieuses appelle à la même mobilisation.

Comment ?

Vous êtes à Paris ? RDV place de la République à 16h30.
Pour les autres direction leur pages FB (Blois, Rennes, Bordeaux...) : ici

Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, le mouvement fait appel à vous sur les réseaux sociaux.
   Port du rouge,
  Relayer l'évènement sur nos réseaux sociaux (à vos smartphones). Des bannières sont mises à disposition, vous les trouverez facilement sur internet.


    Tweeter tous à 16h34,
    Signer la pétition :

Moi, dans tous ce merdier.

En tant que femme et maman, forcément, je me sens touché par ce mouvement. Il nous concerne directement, toutes. Alors non, je n'arrêterais pas de travailler. Je suis maman à plein temps depuis peu et il m'est forcément impossible d'arrêter de m'occuper de ma fille.
Mais plus tard, je lui expliquerais, quand elle aura l'âge de comprendre. En espérant qu'avec les années, les mentalités changeront, pas au détriment des hommes bien entendu. Nous ne voulons que l'égalité rien d'autres. Et c'est parce que cela nous semble naturel que nous le revendiquons. 
Le problème, làn tout de suite, c'est de savoir si ce mouvement sera suivit. Parce que même si les femmes qui sortent dans la rue défendent une noble cause, sera-t-elle suivi par les patrons également ? L'employée ne risque-t-elle pas un avertissement ?
 




Un nouveau chiffre qui fait froid dans le dos. C'est apparemment l'année où les Femmes et les Hommes seront égales sur le plan salariale. Perso, je pense que même avec l'avancée de la science, je profiterais pas de cette égalité. Ma fille, si. Mais faut-il vraiment attendre 2186 ? Un date lointaine où les promesses d'aujourd'hui ne seront peut-être plus d'actualité. Alors non. C'est AUJOURD'HUI qu'il faut agir. Pas dans une centaine d'années alors que nous ne savons pas de quoi notre avenir sera fait. Je veux me battre pour ma fille, pour mes futurs enfants. Pour toutes les femmes. Même à mon petit niveau, devant mon ordinateur, à tapoter sur ce petit clavier.

Aujourd'hui, je serais mentalement avec toutes ses femmes qui auront le courage de tout arrêter et de se rendre dans la rue, pour soutenir notre cause. Toutefois, je serais également avec toutes ses femmes qui n'osent pas pour quelques raisons que ce soit (personnel, financier ou autres). Je n'ai pas à les juger. C'est ça la liberté non ? Chacun est libre de représenter la cause qu'il désire.

En tout cas, aujourd'hui je serais en rouge. C'est beau le rouge. C'est la couleur de l'amour, de la passion et aujourd'hui c'est la couleur des femmes qui se battent pour que les inégalités ne soient plus.



You Might Also Like

0 commentaires

Articles les plus consultés